Après avoir erré longtemps dans la brousse, il atteint un village où se dresse une potence: "Dieu soit loué, me voilà en pays civilisé !"

- Jonathan Swift

h

h

vendredi 5 juin 2015

Vae Victis

Prisonnier des Américains, puis du régime chiite de Bagdad, depuis 2003, l'ancien ministre des Affaires étrangères de Saddam Hussein, Tarek Aziz, vient de mourir en détention. Il avait été condamné à mort en 2010 par les juges irakiens, mais les autorités n'avaient pas osé l'exécuter: supprimer un chrétien, membre d'une communauté persécutée, aurait très gênant en termes d'image internationale. En effet, Tarek Aziz était chrétien, de l'Eglise catholique chaldéenne, majoritaire en Irak. Sa famille était assyrienne chaldéenne, de cette nation ayant ses spécificités culturelles et ethniques se rattachant au christianisme, présente dans l'Arménie historique, dans le nord de la Syrie, et dans la région de Mossoul, en Irak. 

Tarek Aziz personnifie à lui seul le destin tragique des chrétiens d'Orient pendant la seconde moitié du XXe siècle: né Mikhaïl Johanna, en 1936, à Mossoul, il rallie le Parti Baas, nationaliste et laïque, qui suggère l'égalité de traitement entre musulmans et non-musulmans. Pourtant, Johanna prend une identité arabe, "Tarek Aziz", en gage de soumission à la véritable colonne vertébrale idéologique du nationalisme baasiste : se rallier à la culture dominante, arabo-musulmane. Fondé notamment par un chrétien, Michel Aflak, le Parti Baas tolère les chrétiens, et leur assure la liberté de culte (conditionnée à l'interdiction d'évangéliser, et à la surveillance du clergé), mais précise bien que l'unité de la nation arabe doit se faire sous le joug d'un islam dompté par les autorités politiques. Ce qui doit relativiser l'image idéaliste du nationalisme arabe, qui n'a jamais permis aux chrétiens d'exister autrement que soumis à l'ordre établi. Même si leur sort était plus doux qu'aujourd'hui, et paraît rétrospectivement merveilleux. 

Journaliste de formation, éditeur de l'organe de presse du Parti Baas, Al-Thawra (La Révolution, en arabe), Tarek Aziz devient ministre de l'information en 1974, puis vice-Premier ministre de 1979 à 1983. Saddam Hussein apprécie ses talents de négociateur, et sa culture : "quand je vais à Paris, je vais à l'Opéra, alors que les chefs d'Etats du Golfe vont dans des cabarets", disait-il, à ses hôtes français. Tarek Aziz est en effet très francophile, à l'image de nombreux Irakiens de la classe moyenne-supérieure, formée à l'école de la coopération avec la France, initiée dans les années 1970, et intensifiée pendant la guerre contre l'Iran. 

De 1983 à 1991, Tarek Aziz est ministre des Affaires étrangères. Il est au premier rang des négociations internationales qui précèdent la guerre du Golfe. Malgré tout son talent diplomatique, il échoue à empêcher la foudre américaine de s'abattre sur l'Irak, en représailles de l'invasion du Koweït. Dès lors, son influence décroît. Il demeure un des cadres principaux du régime, qui continue de le mettre en avant à l'intention de l'étranger, pour valoriser sa protection des chrétiens. Mais il s'efface progressivement au profit du clan rapproché de Saddam Hussein: Ibrahim al-Douri, et les fils du dictateur, Oudaï et Quoissaï.

En 2003, Tarek Aziz, prévoyant la chute du régime, fait le nécessaire pour mettre sa famille à l'abri en Jordanie, avec l'aide du Vatican. Ne cherchant pas à rallier le maquis avec d'autres baasistes, il se rend aux forces américaines, pensant être épargné, et offrant même ses services pour la reconstruction du pays. Mais les Américains, dans leur volonté de faire table rase du passé irakien, le sanctionnent comme dignitaire de l'ancien régime, puis le livrent aux chiites, ivres de vengeance. Poursuivi pour des crimes de la dictature commis en-dehors de ses compétences, il ne retrouva jamais sa famille.

Le sort de Tarek Aziz cache celui d'innombrables prisonniers politiques qui croupissent encore dans les prisons irakiennes: anciens militaires de Saddam Hussein, officiers, fonctionnaires, membres du Parti Baas, chefs tribaux, épouses d'insurgés...  Certains depuis 2003. Leur libération est une des revendications principales des rebelles sunnites. Un autre enjeu dans la lutte contre l'Etat islamique et ses alliés objectifs. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire